Un chef condamné à trois ans de prison pour cracher dans la nourriture du client

Un chef condamné à trois ans de prison pour cracher dans la nourriture du client
Quand il s'agit de manger, si vous commettez le crime, vous devez faire le temps - peu importe comment le client ennuie. Un ancien chef d'un restaurant de Mount Olive, NJ, a été condamné cette semaine à trois des années en prison pour avoir craché sur le rôle d'un client. L'incident s'est déroulé en octobre dernier lorsqu'un client continue de renvoyer sa poule française dans la cuisine avec des plaintes.

Quand il s'agit de manger, si vous commettez le crime, vous devez faire le temps - peu importe comment le client ennuie.

Un ancien chef d'un restaurant de Mount Olive, NJ, a été condamné cette semaine à trois des années en prison pour avoir craché sur le rôle d'un client.

L'incident s'est déroulé en octobre dernier lorsqu'un client continue de renvoyer sa poule française dans la cuisine avec des plaintes. Agacé, le cuisinier, John F. Stagg Jr., crachait sur son rouleau.

Connexe: Série arrêtée pour escroquer les investisseurs CrossFit

Stagg insiste sur le fait qu'il n'a jamais servi le rôle, mais quand le restaurant a découvert ses actions, il était mis à la porte.

Le pub où Stagg était employé à l'époque aurait été contraint de fermer sa cuisine après qu'un collaborateur eut signalé aux autorités des violations de la santé, y compris l'incident du crachement. Le barreau reste ouvert.

Alors que trois ans semblent être de lourdes peines pour un crime réputé dégoûtant, Stagg purgera sa peine en même temps qu'une peine de quatre ans prévue pour une accusation de vol qualifié.

Cette affaire n'est pas la seule de mauvais comportement dans les restaurants. Dans un sondage mené en 2014 auprès de l'Université Baylor auprès des travailleurs des services alimentaires, 6% des personnes interrogées ont admis avoir «contaminé» la nourriture - un chiffre faible, mais non négligeable. Cependant, l'étude a révélé que les clients devraient être plus préoccupés par les infractions moins viles, avec 65% des serveurs admettant ralentir volontairement le service et 11% forçant un plus gros pourboire.

Connexes: 5 questions inconfortables posées à l'assemblée générale de McDonald's