Les dirigeants d'entreprises mal placés pour gérer le risque cybernétique

Les dirigeants d'entreprises mal placés pour gérer le risque cybernétique
Les recherches du cabinet de conseil KPMG, qui a interrogé 133 investisseurs institutionnels totalisant 3 billions de dollars d'actifs, ont également montré que 43% des investisseurs pensent que les membres du conseil d'administration des sociétés dans lesquelles ils investissent ont un «Les investisseurs considèrent les violations de données comme une menace pour la valeur matérielle d'une entreprise et se sentent découragés d'investir dans une entreprise dont les informations sensibles ont été
Les recherches du cabinet de conseil KPMG, qui a interrogé 133 investisseurs institutionnels totalisant 3 billions de dollars d'actifs, ont également montré que 43% des investisseurs pensent que les membres du conseil d'administration des sociétés dans lesquelles ils investissent ont un

«Les investisseurs considèrent les violations de données comme une menace pour la valeur matérielle d'une entreprise et se sentent découragés d'investir dans une entreprise dont les informations sensibles ont été compromises, Malcolm Marshall, leader mondial de la cyber-sécurité de KPMG, a déclaré:

KPMG a déclaré que les investisseurs mondiaux se réveillaient sur la question de la cybersécurité après un certain nombre de

Des attaques récentes contre des détaillants américains Home Depot et Target ont inspiré en partie le lancement d'un programme de sanctions américain visant les cyberattaquants étrangers qui menacent la politique étrangère, la sécurité nationale ou la stabilité économique des États-Unis. > Plus tôt cette semaine, des pirates qui se disaient partisans de l'État islamique ont assommé les chaînes de la chaîne de télévision publique française TV5Monde et publié des informations sur ses réseaux sociaux pour protester contre l'action militaire française en Irak.

qu'elle avait découvert un stratagème de fraude sophistiqué géré par des cybercriminels en Europe de l'Est qui utilise une combinaison d'hameçonnage, de logiciels malveillants et d'appels téléphoniques qui a coûté plus de 1 million de dollars aux grandes et moyennes entreprises américaines.

KPMG a invité les administrateurs à la cybersécurité en tant que problème plus large de risque commercial, et pas seulement un problème pour les équipes informatiques internes.

Environ 86% de ces Polled a dit qu'ils voulaient voir une augmentation du temps que les membres du conseil consacrent à la protection de leurs entreprises contre les pirates.

«Les investisseurs s'attendent à ce que les entreprises augmentent leurs capacités informatiques de fond en comble, y compris le conseil d'administration.» Dans un monde où les violations sont fréquentes, il est raisonnable de s'attendre à ce que les conseils se préparent ». Par Sinead Cruise, édité par Jane Merriman)